Ôkunushima, l’île aux lapins

Si vous parlez japonais, ou si vous avez lu le titre, vous connaissez déjà le propre de cette petite île de l’océan Pacifique japonais : elle contient plus de lapins que d’habitants. Pourtant, elle n’est pas du tout connue. Quand nous avons pris nos billets, la personne au guichet ne connaissait pas son existence, et c’est une dame dans la file qui s’est avancée pour aider et faire l’interprète.

Pour y aller, ce n’est pas très évident. Nous arrivions d’Himeji. Nous étions la veille passé dans un supermarché pour acheter un kilo de carottes (on nous a dévisagé bizarrement à la caisse). Il faut prendre un train en direction de Hiroshima, changer dans une toute petite gare et reprendre un train de campagne. A savoir : ici, les idéogrammes ne sont pas transcrits, il faudra se débrouiller sans. Quelle aventure !

Toutefois, la longueur du voyage (compter deux heures depuis Himeji et encore deux heures pour rejoindre Hiroshima) vaut la peine. Les rails longent la côte et offrent de sublimes paysages.

 

Si vous arrivez à bon port, vous le saurez. Difficile de manquer le ferry : l’île est la seule source de tourisme du coin, alors c’est bien indiqué !

 

Il y avait ce jour là beaucoup de vent, et le quart d’heure de traversée a été bien mouvementé !

Une fois arrivés, c’est, à peine le pied posé sur la plage, l’overdose de lapins. Il y en a absolument partout ! Beaucoup attendent carrément le ferry, car ils savent que les touristes vont les nourrir (le guichet du ferry vend pour 100 yens des sachets de légumes secs).

20160417_133843.jpg

Nous avons décidé de nous promener, et avons fait le tour de l’île. Il nous a fallu une demi-journée. Et nous avons bien sûr rencontré un nombre incalculable de lapins, plus ou moins cachés, mais dans l’ensemble très familiers.

 

Si vous y allez, je vous conseille vraiment de marcher un peu et de rejoindre la plage sud-est de l’île. C’est là où vous verrez le plus de lapins, et dans des conditions optimales, car il y aura moins de monde (il faut marcher environ une heure depuis le ferry pour y arriver).

Ici, les lapins vous montent dessus pour avoir à manger, c’est un moment extraordinaire !

 

Mais d’où viennent tous ces lapins ? En fait, cette île, aujourd’hui inhabitée, a été jusque dans les années 1950 l’emplacement d’une base militaire américaine. Il y avait une école primaire, qui hébergeait 8 lapins, dont les enfants s’occupaient. Quand l’île a été désertée, les instits’ ne se sont pas embêtés et ont tout simplement relâchés les bestioles dans la nature. Et aujourd’hui, vous ne pouvez plus faire un pas sans qu’un lapin pointe ses oreilles et vienne réclamer à manger. Nos carottes ont eu beaucoup de succès.

Mis à part les lapins, l’île vaut le détour à cause de ses installations militaires abandonnées. C’est le lieu idéal pour faire de l’urbex.

 

Et si on n’aime ni les lapins, ni l’urbex ? L’île est également idéale pour découvrir les magnifiques paysages des îles japonaises du Pacifique.

 

Oui, c’est un sacré détour si l’on souhaite faire un itinéraire assez classique. Mais l’absence de touristes occidentaux et la beauté du lieu en font un de mes plus beaux souvenirs japonais !

N’oubliez pas de me retrouver sur Facebook pour ne rater aucun article ! Venez voyager au Japon, en Islande, en Italie, en Croatie, en Chine, à l’île Maurice, au Canada…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s